#1: La manucure.

Ben oui, comme dirait un certain George, « what else? ». Pour mon premier article, je ne pouvais pas vous montrer un nail art, autant faire les choses dans l’ordre,non? Après tout, c’est bien connu, on ne met pas la charrue avant les bœufs. En nail art c’est pareil, la manucure c’est le b-a ba: on ne pose pas un joli vernis et une belle décoration sur des ongles caca beurk (en tout cas pas chez moi !).

La manucure consiste à prendre soin de ses mains et plus particulièrement de ses ongles afin de les préparer à la pose de vernis et permettre à ce dernier de mieux adhérer à l’ongle et surtout plus longtemps. Bien souvent d’ailleurs on a tendance à faire l’amalgame, le terme de « manucure » est employé pour désigner aussi le nail art, tellement c’est évident que le second ne va pas sans le premier. En revanche, il est tout à fait possible de réaliser une manucure sans poser de vernis ensuite.
Je pense qu’il doit y avoir à peu près autant de façons de faire une manucure que de personnes qui en font, je vais donc vous montrer MA routine. Avant toute chose, voici le matériel que j’utilise:

1- Limes à ongle 2- Bloc polissoir 3- Eau émolliente 4- Repousse-cuticule 5- Pince à envie 6- Huile pour cuticule
1- Limes à ongle 2- Bloc polissoir 3- Eau émolliente 4- Repousse-cuticule 5- Pince à envie 6- Huile pour cuticule

Etape 1: Le limage.

Autant que faire se peut, j’évite d’utiliser un coupe-ongle. C’est malheureusement parfois nécessaire, par exemple quand un ongle se casse à la base. Parfois, on peut essayer de sauver son ongle en y appliquant un patch qu’on peut acheter ou faire soi-même. Je bricole les miens et en général ça me permet d’attendre plusieurs jours avant d’en venir à la guillotine; à l’occasion (c’est-à-dire au prochain ongle pété) je vous ferais un petit tuto. Ceci dit, souvent chez moi quand un ongle casse les autres suivent alors dans ces cas là, je coupe tout et j’attends que ça repousse plus long et plus fort!
Le secret pour avoir de beaux ongles c’est l’entretien et cela passe notamment par un bon limage. Je les lime environ une fois par semaine, tous les 10 jours maximum pour qu’ils gardent une forme a peu près droite et régulière. J’utilise des limes avec un grain plus ou moins important selon ce que je veux faire: la lime noire en carton à gros grain pour « le gros-oeuvre », c’est-à-dire donner la forme voulue à mon ongle; la lime rouge ou la lime en verre moins abrasives pour les finitions.
Pour limer, surtout on ne fait pas de mouvement de va-et-vient (vous me le copierez 100 fois). Si vous le faîtes, vous risquez de vous attirer le mauvais œil, de plus jamais tomber sur la fève dans la galette et vous serez maudites sur 100 générations. Bon, en vrai, tout ce que vous risquez c’est de fragiliser et d’abîmer l’ongle qui pour se venger finira par se dédoubler. Et toc, vous viendrez pas dire que je vous avais pas prévenues ! Par exemple, pour limer mon majeur, je pose ma lime sur le bord le plus près de mon annulaire et je la fais glisser vers mon index. Une fois le mouvement terminé, je ne fais pas le chemin inverse (de l’index vers l’annulaire), je replace ma lime dans sa position initiale, près de l’annulaire et je redescends vers l’index et ainsi de suite. En gros, on va de bas en haut OU de haut en bas, c’est comme on préfère mais pas les deux à la fois!

Etape 2- Les cuticules.

C’est quoi, les cuticules? Et ben les cuticules, c’est ça : Ce sont des petites peaux qui poussent entre la peau (la vraie) et le bord de l’ongle. D’une personne à l’autre les quantités varient, certaines n’en ont pas ou peu et d’autres en ont beaucoup. Pour ça comme pour le reste, la nature n’est pas juste ! Parfois elles peuvent être douloureuses, quand elles sont trop longues elles peuvent s’accrocher dans les vêtements par exemple; il y a aussi des gens qui les arrachent parce que ça ressemble à de la peau morte mais forcément quand on tire dessus, ça saigne. Bref, si on ne s’en occupe pas, c’est fort disgracieux et ça gâche tout ! Alors on s’équipe, on s’arme de courage et on va dompter ces sales bêtes !

Tout d’abord, j’applique une eau émolliente tout autour de l’ongle. J’utilise du « Blue Cross », acheté sur la boutique en ligne http://www.chez-delaney.com/. Je n’en ai pas essayé d’autres, je trouve celle-ci très bien et efficace. Cependant, le format bidon n’est pas très pratique, j’utilise donc un flacon de vernis vide pour pouvoir appliquer le Blue Cross avec le pinceau. L’eau émolliente va contribuer à hydrater et ramollir les cuticules et les rendre ainsi bien plus faciles à manipuler. J’attends un instant que le produit agisse et ensuite à l’aide d’un repousse-cuticule au choix: en plastique, en métal ou bâton de buis, je vais (attention, roulement de tambour…) REPOUSSER MES CUTICULES ! Je procède en partant du haut de l’ongle et je pousse vers le bas en suivant le contour de l’ongle. En faisant ça, vous allez voir se décoller de l’ongle comme un amas de peaux mortes. Déjà, à décrire c’est pas franchement sexy sushi alors je vous épargne la photo !
Comme je l’ai déjà dit, cette zone est très sensible voire douloureuse alors on joue pas les grosses brutes. On prend son temps, quitte à repasser plusieurs fois mais surtout on y va mollo. Il ne s’agit pas de s’arracher ou de se trouer la peau ou les ongles, un petit bobo de rien du tout peut vite devenir un nid à bactéries et c’est la porte ouverte aux infections. Pas cool, hein? C’est pourquoi une fois que j’ai terminé, je me lave bien les mains au savon et à l’eau tiède et j’en profite pour me brosser les ongles. Après ça, je me passe un petit coup de spray désinfectant parce que malgré toutes ces précautions, on peut quand même se blesser. De même, après chaque utilisation, je nettoie et désinfecte mon repousse-cuticule.
Pour les cuticules accrochées à la peau, je me sers de la pince à envie et je coupe en faisant bien attention de ne pas m’attaquer à mon doigt ! Grosso modo, ça fonctionne comme des ciseaux et c’est très utile pour enlever les cuticules récalcitrantes pour qui le repousse-cuticule ne suffit pas.
Un coup d’œil sur le résultat:

Etape 3- La finition.

Une fois débarrassée de mes cuticules, si j’ai prévu de faire un nail art, j’applique LA formule magique: une couche de base coat + 2/3 couches de vernis + une couche de top coat. Ça, ça doit devenir un automatisme, vraiment ! (si ça ne l’est pas déjà). C’est obligatoire et non négociable.
Si je n’ai pas prévu de nail art ou pas le temps d’enchaîner, je protège mon ongle et tout le travail effectué avec un vernis de base (base coat) transparent.
Dans les deux cas, le geste ultime, le point final à tout ce dur labeur, c’est l’application d’une huile ou crème pour cuticules. Une crème hydratante grasse pour mains abîmées par exemple peut aussi faire l’affaire. On dépose une goutte d’huile ou une pointe de crème (ben oui, l’inverse ça marche pas…) au milieu de l’ongle et on en masse toute la surface, en insistant sur les endroits où on est passé avec le repousse-cuticule. On pratique le massage en faisant des petits cercles et en exerçant une légère pression au niveau de la lunule, c’est à dire la base de l’ongle. Ce geste va permettre d’une part d’hydrater les cuticules pour une repousse moins rapide et douloureuse et d’autre part d’accélérer la croissance de l’ongle tout en le rendant plus fort et plus solide. Dans un monde parfait, il faudrait faire ce massage tous les soirs avant le coucher mais notre monde est loin d’être parfait, n’est-ce pas ? Si vous pensez à le faire après chaque manucure et chaque nail art, ce sera déjà bien !
Une dernière petite info: les ongles n’apprécient pas tellement l’eau chaude ni les détergents, alors pensez aux gants (pas en laine) pour la vaisselle et le ménage !

Je pense que j’ai à peu près fait le tour et je peux donc conclure mon premier article. Si vous avez tenu le coup et êtes arrivées jusqu’ici, ben déjà bravo ! toutes mes congratules et puis rassurez-vous, les articles à venir ne seront (sûrement/ sans doute/ peut-être) pas aussi longs ! Il me semblait important de partir du bon pied et j’espère sincèrement vous avoir donné un coup de main (tsoin-tsoin).
Si vous avez des questions ou si vous aussi vous avez l’habitude de prendre soin de vos ongles mais d’une manière différente et souhaitez prodiguer d’autres conseils, n’hésitez pas et laissez un commentaire. (C’est moi ou ça sonne un peu comme une phrase type pour une émission de témoignages ?) 

Sur ce, je vous laisse et vous dis @ bientôt.
Votre Nailting-pote,
Chloé 😉

Là où j’ai shoppé :

– Le repousse-cuticule en métal : nailartboutique.fr
– La pince à envie : néejolie.fr
– Le repousse-cuticule en plastique, le Blue Cross, le bloc polissoir et l’huile cuticules : chezdelaney.com

Publicités